Accueil » Editorial » Nous sommes tous des migrants potentiels
Nous sommes tous des  migrants potentiels

Nous sommes tous des migrants potentiels

Sujet sensible s’il en est, la présence de migrants en Belgique a fait l’objet d’une interpellation citoyenne le 24 octobre au conseil communal de Wavre. Très engagé dans les causes humanitaires, Micky Ducamp a longuement évoqué la situation de ces étrangers aspirant à une vie meilleure. Il a proposé une motion par laquelle la Ville de Wavre se déclarerait «commune hospitalière» et s’engagerait ainsi à sensibiliser sa population et à améliorer l’accueil et le séjour des migrants. Majorité et opposition furent unanimes à saluer l’initiative de cet habitant et à approuver le principe de cette motion. En revanche, il y eut désaccord sur la procédure, des conseillers de la minorité regrettant que la mouture définitive de la motion ne soit pas le fruit d’un groupe de travail réunissant les différents partis.

Mais notre propos n’est pas de revenir sur cette polémique. Si l’on jette un coup d’œil dans le rétroviseur de l’Histoire, on s’aperçoit que, depuis toujours, le monde a été traversé par des courants migratoires. Les Etats-Unis en sont un bel exemple. Dans notre pays, après la Seconde Guerre mondiale, c’est par milliers et à notre demande que des Italiens, des Espagnols, des Marocains et des Turcs, notamment, sont venus travailler dans nos mines et notre sidérurgie. Les anciens vous le confirmeront : l’accueil et l’hébergement de ces migrants économiques ne furent pas des modèles du genre.

Au fil des siècles, les guerres ont aussi amené des civils à quitter leur pays et à chercher refuge ailleurs. Aujourd’hui, c’est, entre autres, le cas de la Syrie. Hier, la Belgique a vécu le même exil forcé. C’était en mai 1940 lorsque, suite à l’invasion allemande, ordre fut donné à nos populations de fuir à l’étranger. Ils furent nombreux, les Wavriens qui gagnèrent la France et ses communes hospitalières…

Philippe Pierre