Accueil » En ville » Le prochain maïeur ne s’appellera pas Charles
Le prochain maïeur ne s’appellera pas Charles

Le prochain maïeur ne s’appellera pas Charles

La nouvelle est tombée le mercredi 20 juin. Charles Michel l’a annoncé officiellement. Il ne se présentera pas. Il ne sera donc pas le prochain bourgmestre de Wavre. Souvent empêché par ses activités ministérielles, Charles Michel pose donc un geste fort. Ce qui du côté de l’opposition est très apprécié. Ainsi, Christophe Lejeune (Ecolo) a directement réagi : « Comme nous l’avions déjà précisé lorsqu’il avait annoncé qu’il ne serait pas tête de liste, Écolo Wavre considère qu’il s’agit d’une attitude sage et normale. Nous aurions vu d’un très mauvais oeil qu’il se présente sur les listes. Cela aurait été de l’hypocrisie politique. Ce n’est pas le cas et nous nous en félicitons. En effet, Charles Michel travaille à temps plein pour l’Etat fédéral. Nous n’irons pas jusqu’à dire que nous sommes contents de son travail qui nous paraît à certains égards dicté par la N-VA. Nous espérons d’ailleurs que l’ombre de ce gouvernement ne flottera plus au-dessus du conseil communal comme, par exemple, quand le conseil n’a pas voulu. Ou plutôt n’a pas pu voter une motion contre les visites domiciliaires. L’éloignement de Charles Michel de la vie politique communale devrait au moins servir à cela. Cette campagne sera donc pour nous l’opportunité de remettre en question les choix qui ont été portés par les vrais gestionnaires de la ville lors de la législature qui s’achève. Le prestige contre la raison, le rayonnement contre la consistance, l’équipe actuelle rend un bilan fort maigre car plein d’études en tous sens et de promesses à venir. Des promesses qui en entraîneront certainement d’autres, la pression fiscale va devoir s’intensifier pour permettre le financement de Wavre 2030, et la privatisation annoncée de grands pans de la vie publique nous promet une qualité de vie bien moins bonne. Avec le retrait de Charles Michel du paysage politique local, nous espérons remettre en avant les grands oubliés de ces dernières années. À savoir la mobilité, la participation – la vraie – et le respect de l’environnement. »

Pas une surprise

Benoît Thoreau (cdH) saluait aussi cette décision : « Il s’agit d’une sage décision et qui honore l’intéressé. Comment peut-on imaginer, surtout dans le contexte actuel où la population demande plus de responsabilité et d’éthique dans le chef de ses représentants , qu’un Premier ministre se présente comme candidat bourgmestre dans une commune, alors qu’on sait d’avance qu’il ne pourra pas assumer ce mandat ? »

Stéphane Crusnière (PS) était plus bref dans son commentaire : « Pas grand chose à dire par rapport à cette non candidature….ce n’est pas non plus une surprise… Je respecte cette décision courageuse. »

Par ailleurs, Charles Michel n’est pas le seul a jeté le gant. Nathalie Demortier, la présidente du CPAS, sur son compte Facebook, a aussi annoncé son retrait de la vie politique : « Pour les élections communales d’octobre 2018, je souhaite ne pas me représenter. Investie depuis 1994 dans la vie de notre cité, j’ai toujours eu la volonté d’exercer mes mandats avec cœur, honnêteté et détermination. Devenir présidente du CPAS en 2009 était un challenge et je quitterai ma fonction avec le sentiment du devoir accompli. Tout au long de ces années j’ai rencontré tellement de gens attachants et de situations parfois complexes et/ou inattendues. J’ai eu la chance de vivre des expériences inoubliables… Président de CPAS n’est pas un mandat comme un autre, c’est une vraie expérience de vie ! J’en retiens le meilleur. Je suis fière du travail effectué et je suis certaine que ce travail d’équipe continuera pour le bien-être de tous les Wavriens. J’aime Wavre et ses habitants. »

De grands changements s’annoncent donc pour le prochain scrutin ou du moins de nouvelles têtes vont plus que probablement faire leur entrée au conseil communal. Ça c’est une certitude. En attendant, à partir de ce 14 juillet, nous entrons dans la période dite de vigilance. Les autorités communales sont donc en affaires courantes. L’INFO Wavre aussi !

Pascal Jassogne