Accueil » A l'honneur » Patrimoine : changement de look pour la « Statue de la Liberté »
Patrimoine : changement de look pour la « Statue de la Liberté »

Patrimoine : changement de look pour la « Statue de la Liberté »

Dans le cadre du projet du renouveau urbanistique, de l’embellissement urbain et du souhait de valoriser son patrimoine, la Ville de Wavre a chargée l’asbl Vasari de la réhabilitation de la «Statue de la Liberté». A l’époque, la statue trônait sur la place Bosch. Elle fut ensuite déplacée et se trouve actuellement dans le parc de l’hôtel du Gouverneur.

21017591_1462705027149119_706300579_o

L’Echevine en charge de la Culture, Françoise Pigeolet, souhaite, par la restauration de cette statue, intensifier le sentiment de fierté locale et réintégrer la statue dans son patrimoine local.

Une statue oubliée

Les habitants de Wavre n’ont plus la moindre idée de l’histoire qu’elle porte. La «Statue de la Liberté» a été réalisée par le sculpteur limelettois, Charles van Oemberg. En 1859, elle a été offerte par la Ville de Wavre en l’honneur du roi Léopold Ier. En résumé, elle représente l’Histoire inscrivant dans ses fastes le 25ème anniversaire de la prestation de serment du roi Léopold 1er.

Malheureusement, dans les années 2000, la statue fut déplacée. Aujourd’hui, comme en témoignent les photos, elle se trouve dans un piteux état dans le parc de l’hôtel du Gouverneur. Une situation face à laquelle le Collège communal et l’asbl Vasari se devaient de réagir.

Une asbl pour sauver le patrimoine  

L’association sans but lucratif Vasari a été créée en février 2017 dans le but de promouvoir le patrimoine social et culturel. L’asbl offre aux jeunes diplômés et stagiaires en formation dans les métiers liés au patrimoine une chance de faire leurs premiers pas, tout en étant encadrés par des professionnels. Pour Anne-Lise Janssens de l’asbl Vasari, «il faut donner une place importante aux jeunes diplômés quand on sait à quel point il est difficile de percer dans ce milieu». C’est donc à l’aide d’un jeune apprenti et d’un professionnel de la restauration que la « Statue de la Liberté » va connaître un second souffle.

Vasari propose une solution globale aux pouvoirs publics et aux propriétaires privés souhaitant protéger et faire renaître leur patrimoine. L’ambition de l’asbl est claire : sauver et valoriser de nombreuses richesses du patrimoine national et européen.

Un projet participatif

Pour coller au mieux aux réalités de l’époque, l’asbl fait appel aux Wavriens pour récolter des photos d’époque de la statue. Selon Anne-Lise Janssens, «de nombreuses photos nous sont déjà parvenues ». « Nous sommes très reconnaissant de l’investissement des citoyens», ajoute-t-elle. L’asbl tient également à préciser que la statue a perdu le socle sur laquelle elle reposait. «Il s’agissait d’un socle en pierre bleu. Nous n’avons aucune trace de celui-ci jusqu’à présent», nous explique Anne-Lise.

Une campagne de financement participatif va être lancée pour récolter les fonds nécessaires. Pour la rénovation, il faut compter un budget de 30.000€. 10.000€ de ce budget est offert par la Ville. Une autre partie sera apportée par divers sponsors et mécènes mais pour le reste, l’asbl compte sur la population.

Enormément de dégâts

«La statue est fortement abimée à cause des nombreux déplacements, des rafistolages et des conditions climatiques. Il est impossible de retrouver son aspect d’origine», affirme Anne-Lise de l’asbl Vasari. La Ville s’engage dans un projet de remise en état de l’œuvre. Entendez par là une reconstitution historique et esthétique et non une restauration muséale.

L’asbl Vasari espère commencer les travaux de réhabilitation en janvier 2018. Ensuite, des travaux d’une telle envergure devront durer plus ou moins un an. «Nous travaillerons en chantier ouvert pour permettre aux citoyens qui nous ont aidé de suivre l’avancement du projet», explique Anne-Lise. Une fois la statue finie, le souhait de la Ville est de lui rendre sa place initiale. Mais cela reste encore à voir. Il se peut qu’on l’installe sur la Henri Berger en face de la gare. Dans tous les cas, il s’agira d’un endroit où tous les Wavriens pourront l’admirer et se remémorer.

Charlotte Maret