Accueil » Commerce » Le vintage aux quatre coins de Wavre
Le vintage aux quatre coins de Wavre

Le vintage aux quatre coins de Wavre

C’est indéniable. Le vintage est partout. De nombreux objets sont devenus « tendances » comme le tricot, les vinyles ou les barber shop. Et Wavre n’a pas échappé à cette nouvelle mode.

Il faut savoir que le vintage ne signifie pas uniquement un retour aux années 50-60. Aujourd’hui, nous recyclons très vite. Un objet apprécié il y a un cinq ans et qui fait un retour fracassant aujourd’hui, peut sans problème être qualifié de vintage.

Dans les rues de Wavre, d’anciennes tendances font aujourd’hui leur come-back. Le phénomène ne fait que grandir. On le remarque d’abord avec l’ouverture en septembre dernier de l’enseigne «Meloman Music Store», le seul disquaire indépendant du Brabant Wallon. A la tête de ce commerce, on retrouve Benoît Jacquemart, un passionné de musique.

Dans les rayons, une tonne de vinyles, allant du jazz au rock jusqu’au classique en passant par les musiques du monde, se dressent sous vos yeux. «Les gens viennent ici pour la diversité et la découverte. C’est ça que j’aime dans mon métier », nous confie le gérant. Vous l’aurez compris, ici l’objet vintage, c’est le vinyle.

Du concret et du réel  

Pour le commerçant, cette tendance « vinyle » est due à deux facteurs majeurs. D’abord, l’envie de se détacher de notre société basée sur l’hyperconsommation à grande vitesse. «Les gens veulent un retour vers des choses plus concrètes et plus réelles. Avec les vinyles, on a la musique en main, on peut même en quelque sorte voir la musique. C’est ça qui est agréable», nous explique Benoît Jacquemart.

Ensuite, cette tendance s’inscrit également dans une autre, celle de l’économie circulaire. Au «Meloman Music Store», on vend des vinyles neufs mais surtout d’occasion. «Je vends énormément de vinyles d’occasion. On vient m’en apporter tous les jours. Et cela inscrit mon magasin dans cette tendance récupération et zéro déchet».

Une tendance passagère ?

La question est légitime : la tendance va-t-elle persister ? Pour le disquaire de Wavre, il n’y a pas de doute : « C’est une mode qui va durer longtemps parce que l’économie actuelle fait que c’est comme ça. On pense de plus en plus à la planète et à revenir vers la simplicité ».

Meloman Music Store :
75, Courte Rue des Fontaines

 

Barbier : un métier « old school »

Un autre commerce nous fait penser que le vintage est plus que jamais présent à Wavre. Il s’agit du «Dandy’s barber shop» ouvert depuis septembre dernier également.

La profession de barbier revient sur le devant de la scène et Wavre n’y a pas échappé grâce à Camille Drouet, une des rares femmes à exercer ce métier. «J’ai toujours travaillé dans la mode de l’homme. Depuis toute petite, je coiffe mon père, c’est un peu inné», nous confie la jeune femme. Et le concept plaît, puisque les réservations ne cessent d’augmenter.

Le métier de barbier date du Moyen-Age. Jusqu’au milieu du 20e siècle, les hommes allaient régulièrement chez le barbier. Puis la tradition s’est égarée.  Alors pourquoi un tel retour ? L’explosion des barber shop en Belgique, et l’ouverture du « Dandy’s barber shop » à Wavre s’explique par une volonté de retrouver des services de qualité et par le mouvement « hipster » qui se caractérise par la barbe. Pour Camille Drouet, «la barbe est aujourd’hui très à la mode. C’était donc un commerce à prendre. J’espère que cette mode va durer. Mais je pense aussi que les hommes aiment venir pour le plaisir et la qualité. Se faire la barbe soi-même, c’est très compliqué».

20170210_104054

Dandy’s barber shop :
12, Rue des Brasseries

 

Tricoter comme mamy 

Un autre phénomène fait son come-back : la couture, et particulièrement le tricot. Et oui, ce n’est plus uniquement réservé aux grands-mères.

Au Jeu de Dames, dans le centre de Wavre, la gérante de la boutique, Bernadette Pierre est bien consciente de l’explosion de cette pratique. «Depuis quelques années maintenant, nous vendons énormément de machines à coudre, et surtout aux plus jeunes». Cela s’inscrit dans l’air du temps puisque la couture colle parfaitement à l’esprit « récupération » du moment. «Avec un vieux jeans, on peut par exemple faire un sac. C’est ça qui est génial dans la couture», ajoute la patronne.

Jeu de Dames :
42, Rue du Pont du Christ

Charlotte Maret