Accueil » Commerce » La Sucrerie, c’est pour ( très ) bientôt

La Sucrerie, c’est pour ( très ) bientôt

Pour rappel, le permis pour la construction du hall culturel polyvalent a été délivré le 4 mars 2016. Le projet comprenait la construction d’une salle de spectacles et d’événements, d’une capacité de plus de 800 places assises, jusqu’à 1300 places debout grâce aux gradins rétractables. Il comprend une grande scène de 400 mètres carrés – la plus grande de Wallonie – qui est dotée d’un matériel de sonorisation, d’éclairage et de projection. Outre le vaste atrium d’accueil, avec son espace bar, le hall dispose d’espaces d’exposition, de conférences et d’événements modulables sur 550 mètres carrés au rez-de -chaussée, et de 220 mètres carrés à l’étage pouvant se séparer en 2 espaces. À l’étage, il y a aussi une salle de projection de 250 places dotée d’un équipement de cinéma des plus moderne mais aussi de plusieurs espaces de restauration et bars. Le budget de construction est de 25 millions d’euros, dont 7 millions ont été apportés par la province du Brabant wallon.

Le hall culturel polyvalent, qui s’appelle depuis le printemps 2018, La Sucrerie, est un des plus importants chantiers entrepris par la Ville. On est proche de la fin de ce hantier, qui a débuté le 19 décembre 2016. Et si sa livraison et donc sa réception étaient initialement prévues pour l’été 2019, ce ne sera pas tout à fait le cas. Mais on sait déjà que La Sucrerie organise une conférence de presse, ce 12 septembre, pour dévoiler le programme pour son ouerture prochaine.

L’Info WAVRE ne pouvait donc pas attendre, et a tenté d’en savoir plus. Anne Masson, échevine et présidente de son conseil d’administration, nous en dit plus.

Info WAVRE : Il a fallu trois longues années pour que le chantier touche à sa fin. Peut-on déjà annoncer une date d’ouverture ?

Anne Masson : Ce ne sera pas en septembre. Au final, les mois de retard du début de chantier, nous les avons gardés. Ce chantier ne fut pas un long fleuve tranquille. On en rigolera sans doute une fois que La Sucrerie sera ouverte mais une chose est sûre, il a fallu prendre son mal en patience. Personnellement, au début du projet, j’étais entre deux feux. Il y avait d’un côté le captage à proximité du futur chantier, que en tant que présidente de l’Intercommunale des Eaux du Centre du Brabant Wallon (IECBW), je devais protéger, et de l’autre côté, il y avait ce projet, porté par la Ville. Je dois dire que les concepteurs du hall ont magnifiquement répondu à toutes les attentes. Ils ont beaucoup travaillé pour améliorer le projet de base pour que le confort de tous les utilisateurs soit total.

Info WAVRE : Peut-on annoncer une date d’ouverture ?

Anne Masson : Je préfère attendre. Ce sera plus que probablement en novembre. Ce qui est acquis, c’est qu’un budget spécial (200000 €) a été débloqué pour organiser une inauguration qui durera une semaine. Il y aura une animation chaque soir. Chaque soirée sera une vitrine de ce que l’on pourra faire à La Sucrerie. Il y aura une soirée théâtre, une soirée Wacolor… Actuellement, c’est toujours en stand-by et les contrats ne sont pas encore signés. On veut vraiment être sûre de la date d’ouverture pour tout finaliser.

Info WAVRE : L’option de la polyvalence est au centre du projet. Pourquoi cette démarche ?

Anne Masson : C’est vraiment cela que l’on voulait et ainsi miser sur le futur rayonnement culturel de Wavre, tant au niveau provinciale que régional. Nous sommes très contents du potentiel de ce nouvel outil.

Info WAVRE : Certaines associations wavriennes, actives dans la culture, ont des craintes par rapport à cette polyvalence. Qu’en est-il exactement ?

Anne Masson : Nous les avons rencontrées. Certaines associations ne comprennent pas que la polyvalence a des limites. Parfois, elles trouvent La Sucrerie un peu trop grande, ou un peu trop petite. Ce n’est pas une simple salle des fêtes. Nous devons aussi avoir des objectifs de rentabilité. Certaines associations n’en veulent pas car elles sont dans l’expectative par rapport à leur capacité de pouvoir remplir les salles.

Info WAVRE : Finalement, tant que l’outil ne fonctionne pas, n’est-ce pas difficile de se positionner ?

Anne Masson : Bien sûr. La Sucrerie doit d’abord et aussi se trouver. Et cela ne se fera pas dès sa mise en route. Il faudra du temps pour trouver une vitesse de croisière. Il y aura donc beaucoup de réglages, pour tout le monde.

Info WAVRE : En revanche, certaines associations se réjouissent déjà de disposer d’un tel outil. Quelles sont-elles ?

Anne Masson : Effectivement. Je peux citer Macadanse. Jusqu’ici, elle était obligée de recevoir le public et les troupes de renom international dans notre salle des fêtes dans des conditions abominables et pas du tout adaptées. L’association ne se pose plus la question et elle a déjà fait le choix d’upgrader son festival. De même, Macamagie est aussi vivement intéressé. Et on peut d’ores et déjà annoncer le retour du grand gala de magie, qui ne pouvait plus avoir lieu à l’hôtel de ville pour des raisons de sécurité. La Sucrerie accueillera Macamagie, y compris pour le jeu des familles. L’association a tout à fait compris tout le potentiel de La Sucrerie.

Info WAVRE : Vous êtes trois à conduire à la destinée future de La Sucrerie. Comment cela se passe-t-il ?

Anne Masson : Nous formons un bon trio. Il fonctionne bien et en parfaite osmose. Stéphane Crusnière est le directeur de la Régie communale autonome qui en a la gestion immobilière et financière. Il a toutes les compétences pour assurer cette fonction. De même, Patrick de Longrée, notre directeur artistique, a le profil adéquat pour assurer cette fonction. D’ailleurs, je ne voyais que lui pour ce poste. J’étais très heureuse d’apprendre qu’il avait répondu à notre marché public pour ce poste. Il a toutes les qualités requises et une très grande expérience. D’ailleurs, grâce à lui, nous avons pu avoir un suivi du chantier nettement plus axé sur l’aspect spectacle. Il a suivi le chantier de A à Z. Il a directement eu la bonne vision sur l’identité culturelle à donner à La Sucrerie.

Info WAVRE : La Sucrerie possède une salle de projection. Quelle sera sa destination ?

Anne Masson : Cela restera une salle de projection et non une salle de cinéma car pour cela les contraintes des distributeurs de films sont bien trop nombreuses. On ne voulait pas s’inscrire dans cette vision. L’idée est d’en faire un ciné club avec des projections plus ciblées. Je peux donc annoncer le grand retour d’un cycle du style « Exploration du Monde ». Ce qui existait avant au cinéma Palace.

Info WAVRE : La Sucrerie, pourquoi avoir choisi ce nom ?

Anne Masson: Il y avait d’autres propositions. Ce nom n’était pas évident car il correspond surtout à un lieu connu des Wavriens. Finalement, ce nom collait bien  à notre  projet qui,  dans sa conception, ressemble à  des cubes empilés, un peu comme des morceaux de sucre. Et puis au niveau de son aspect, il y a une douceur gourmande qui nous plaisait beaucoup.