Accueil » Divers » Jonathan Rucquoy le nouveau directeur des sports
Jonathan Rucquoy le nouveau directeur des sports

Jonathan Rucquoy le nouveau directeur des sports

Après 39 années, au service de tous les sportifs de la Ville, Danièle Adam a pris sa retraite. Désormais, c’est Jonathan Rucquoy qui la remplace à la tête de ce service, dont les bureaux se trouvent au centre sportif de Wavre. Titulaire d’un Masters en éducation physique, il gère désormais les 7 implantations sportives de la Ville. Ce n’est pas sa première expérience dans le domaine puisqu’il a déjà pu forger son expérience à Ixelles et à Le Roeulx.

«  J’ai eu la chance de pouvoir travailler 6 mois avec Danièle. Cette juxtaposition de nos deux contrats était l’idée de Jean-Pol Hannon, le précédent échevin des sports. Cela m’a permis, avec Danièle de directement avoir une vision globale du travail qui m’attendait au quotidien. Il faut souligner que dans ce métier, c’est plutôt rare mais en ce qui me concerne, c’est évidemment un gros avantage pour reprendre ce poste. En outre, c’est un beau challenge professionnel car il y a toute la mise en place de la future piscine à gérer. »

Mais la fonction du nouveau directeur des infrastructures des sports de la Ville va très prochainement évoluer, surtout au niveau administratif. En effet, le Collège envisage de créer une seconde Régie communale autonome (RCA) pour d’abord conduire le projet piscine mais aussi pour bénéficier de tous les avantages de ce type de structure communale pour tout ce qui concerne les investissements en matériel. On ne connaît pas encore la date de la création de cette seconde RCA, mais on sait juste que c’est dans les tiroirs du Collège

Plus de 70 clubs

En attendant, Jonathan Rucquoy veille au bien-être de tous les sportifs de Wavre.

« Il y a plus de 70 clubs sportifs dans la commune. Je compte bien mettre tous ces sportifs en évidence et pour cela relancer le principe d’un mérite sportif communal pour la fin de cette année. Nos sportifs réalisent de belles performances. On doit les remettre à l’honneur, insiste le directeur. L’idée est de mettre en place une nouvelle formule que celle qui existait auparavant et surtout de rassembler un maximum de nos clubs autour de cet événement qui sera une grande fête du sport. »

Mais le nouveau directeur a d’autres projets.

« Je compte bien diversifier au maximum le panel accessible à tous sur le territoire communal. Tous les sportifs et tous les clubs sont donc les bienvenus. Nous avons donc décidé de mettre en place un système où il est désormais possible de louer de manière ponctuelle une de nos infrastructures, et notamment durant la période des vacances scolaires, qui sont en général plus calmes en termes d’occupation de nos installations. Sinon, il ne reste plus beaucoup de places disponibles. Mais il y en a, insiste le nouveau directeur. Un club peut toujours nous contacter pour voir quelles sont les possibilités. Bien sûr, la priorité de ce système est donnée aux clubs qui utilisent nos infrastructures mais mon ambition est d’ouvrir les portes de nos centres sportifs à d’autres. »

Plein de projets

Le nouveau directeur des sports n’a pas tardé à prendre ses marques. Il vient de mettre en place une nouvelle grille horaire pour qu’une personne de contact du service des sports soit régulièrement présente jusqu’à 20h00. Il s’est aussi penché sur d’autres dossiers importants. Il y a bien sûr la potentielle installation de nos équipes nationales de hockey au stade Justin Peeters. Un dossier qui est pour le moment en stand-bye mais qui dépend surtout de la volonté de la fédération de hockey et de son apport financier dans ce projet. Et si ce projet aboutit, cela relancera le projet d’un nouveau terrain pour remplacer celui du Martineau à Limal, qui ne sera plus disponible.

Quand ? Personne ne peut se prononcer à ce sujet.

Il y a aussi le projet d’aménagement de la plaine jouxtant le stade Justin Peeters. Là aussi, le directeur des sports est dans l’attente d’une réponse favorable d’Infrasports pour supporter le coût de cette nouvelle infrastructure sportive, estimée à un million d’euros, et qui devrait comprendre un skate parc. Il attend aussi la fin de l’audit énergétique réalisé pour toutes les infrastructures sportives où, à part le passage à un éclairage led, des systèmes de chauffage en cogénération pourraient être installés. Et dans la même idée, il conduit aussi le projet d’installer, là où ce sera possible, la récupération des eaux de pluie.

Bref, Jonathan Rucquoy et son équipe de 14 personnes ont pas mal de choses qui les attendent pour cette rentrée sportive 2019.