Accueil » A l'honneur » Jean Delstanche : 28 années au service des Wavriens
Jean Delstanche : 28 années au service des Wavriens

Jean Delstanche : 28 années au service des Wavriens

Seigneur Jean, maïeur de Champles », titrait Le Soir du 8 août 2007. Jean Delstanche avait, à l’époque, impressionné Philippe Pierre. Il y a quelques jours, nous avons rencontré Jean Delstanche et son épouse Léa, chez eux à Champles. Sur la table de sa salle à manger, devant lui, la page du journal Le Soir. Dans la cour de sa ferme, une des plus vieilles de Wavre, son gendre Georges Masson et son petit-fils Nicolas préparent la rentrée du foin. Sa fille, Marie-Cécile se prépare à la traite du soir. Il faut dire que la ferme couvre 160 hectares de bonne terre. C’est une ferme mixte. On y cultive, un peu de tout, mais on y élève 300 bêtes à cornes. Du Blanc-Bleu-Belge mais aussi des laitières Holstein. C’est que la ferme produit aussi son propre lait, du beurre frais et des yoghourts qui sont vendus sur place. Jean est, comme à son habitude, d’un calme olympien. Pendant une bonne heure, il revient sur son parcours en politique.

«Je n’ai jamais fait de la politique pour faire de la politique, lâche-t-il. J’ai simplement suivi les pas des mes prédécesseurs : mon arrière-grand-père, mon grand-père et mon père, Georges. Si je m’y suis mis, c’est à la demande de Charles Aubecq, Biergeois comme moi. Ma première campagne, c’était pour les élections de 1982. J’ai fait un bon score. Je pensais même être élu mais le jeu du report de la case de tête m’a privé de mon tout premier mandat.» Jean a de la suite dans les idées. En 1989, il se représente sur la liste de Charles Aubecq. C’est la razzia. La liste de Charles Aubecq s’installe avec une confortable majorité. Jean prête serment et siégera avec la majorité pour la plus courte période de l’histoire de Wavre. Trois jours, pour tout dire. «Au premier conseil communal, Charles Aubecq a directement voulu faire passer le point sur l’extension du zoning nord. J’ai été le trouver. Je lui ai dit que je n’étais pas d’accord. Il m’a dit c’est comme cela et pas autrement. J’ai claqué la porte. C’était contre mes convictions. J’avais la confiance des autres agriculteurs. Si je votais pour l’extension, je trahissais ma parole.» Jean siégera comme indépendant. Isolé, sur les bancs de la maigre opposition, il connaît des débuts en politique compliqués.

«J’étais seul. Je n’étais au courant de rien.» Après trois ans de ce régime, il rejoint les rangs du PSC (cdH). Mais son combat politique restera dans les annales. Avec notamment deux recours au conseil d’état qui freineront l’agrandissement du zoning nord. Deux victoire symboliques entre 1989 et 1999.

«En 1999, le collège a remis la dernière couche. Avec mes amis agriculteurs nous avons lâché prise. Les frais d’avocat nous ont tués. Quand l’extension a été votée, jai pleuré comme un gamin. Toutes ces bonnes terres, pour construire un zoning. Il y avait certainement autre chose à faire.»

Pendant 28 années, sans discontinuer, Jean Delstanche a siégé au conseil communal. Il a oeuvré pour le bien des Wavriens. C’était son credo politique. Lors du dernier conseil communal, avant les vacances, le conseil communal l’a fêté comme il se doit avec un verre de l’amitié qui ne lui laisse pas la moindre amertume.

«Je ne me connais pas d’ennemis, sourit-il malicieusement. Je ne regrette pas ces années. Que du contraire. Cela m’a permis de faire la rencontre de plein de gens intéressants. Vous savez, un fermier quand il rencontre un fermier c’est pour parler d’histoire de fermier. Moi j’ai eu la chance de faire d’autres rencontres très enrichissantes grâce à la politique.» retraité depuis 2008, Jean ne goûte toujours pas à une retraite bien méritée.

«C’est comme ça quand on est fermier. La vie est rythmée par le travail de la ferme. Soigner les bêtes. Le matin. Le soir. Tous les jours. Et comme l’écrivait Philippe Pierre dans Le Soir «Jean utilisera ce nouveau temps libre pour assouvir sa passion de la colombophilie avec les 40 autres mordus de pigeons qu’il préside au sein de l’association colombophile de Wavre. Un mandat qu’il ne lâchera pas…

Pascal Jassogne