Accueil » Culture » Interview : volonté farouche et vision ambitieuse, tout le portrait d’Anne Masson
Interview : volonté farouche et vision ambitieuse, tout le portrait d’Anne Masson

Interview : volonté farouche et vision ambitieuse, tout le portrait d’Anne Masson

L’équilibre financier de la ville de Wavre repose sur les épaules d’Anne Masson. Depuis qu’elle a pris la succession, à l’aube des années 2000, de Jean Noël, à l’échevinat des finances, Anne Masson n’a jamais ménagé ses efforts pour qu’il en soit ainsi. Sa fierté d’accomplir cette mission « confiée par l’électeur » est mesurée, sans forfanterie mais avec justesse et pugnacité. Cette volonté farouche de toujours bien faire les choses, c’est le moteur quotidien d’Anne Masson.

« Je suis un peu la madame Picsou de Wavre, lance, avec humour, Anne Masson. Plus sérieusement, Wavre dispose d’une trésorerie saine, un taux d’endettement extrêmement faible, avec en plus un taux de fiscalité extrêmement bas. C’est important d’avoir une ligne directrice aussi rigoureuse car cela donne à la Ville de Wavre la capacité d’investir, de porter des projets ambitieux. »

En Wallonie et même en Belgique, à cet égard, Wavre fait partie des très bons élèves. Wavre n’est pas une ville exsangue financièrement. Et cela c’est grâce à Anne Masson. L’échevine a toujours œuvré pour qu’il en soit ainsi même si les marges de manœuvre deviennent de plus en plus étroites. « Maintenir une fiscalité basse, c’est un exercice parfois compliqué, ardu. Mais nous y arrivons. Et la volonté est de poursuivre dans cette voie, avec une vision à la fois ambitieuse et rigoureuse. »

Transition urbanistique

Quand Anne Masson n’a pas sa calculette sous la main, c’est avec un égal engagement qu’elle se plonge dans tous les dossiers de l’urbanisme.

«Une compétence qui au début de la mandature n’était pas la mienne. La nomination de Charles Michel comme premier Ministre a redistribué les cartes. C’était une de ses compétences. Je l’ai reprise au pied levé. » Anne Masson l’avoue, reprendre l’urbanisme ne fut pas simple. Et pour cause. À son arrivée, c’était (presque) la fin du CWATUP et le (presque) début du CoDT.

« La transition entre les deux codes wallons d’aménagement du territoire ne fut pas simple à gérer. Il a fallu s’adapter mais Wavre ne disposait pas du personnel pour gérer cela. Il a fallu engager, renforcer les équipes. »

Ce qui a été fait puisque le service de l’urbanisme a engagé quatre nouveaux agents et trois autres nouveaux engagements sont encore prévus. C’est donc, aussi, avec un certain soulagement qu’Anne Masson a vu le point de la création de la maison de l’urbanisme voté à l’unanimité par le conseil communal.

« Cette maison de l’urbanisme est une nécessité. Les Wavriens entendent souvent parler de Wavre 2030, du projet promenade et d’un tas d’autres projets. Hélas, les Wavriens n’ont pas vraiment accès à des informations concrètes. Avec la maison de l’urbanisme, on va enfin pouvoir répondre à un tas de questions, donner une vision globale de ces projets, de manière plus concrète, avec des plans, des maquettes afin de montrer la  cohérence de tous ces projets. Actuellement, nous ne sommes pas dans la capacité de donner une perception plus complète de ce que le Collège porte comme projet. Mon seul regret, c’est que le processus administratif est parfois lent. C’est vraiment mon seul regret. »

Identité culturelle

Et in fine, Anne Masson sait aussi qu’il faut parfois se donner le temps de la réflexion comme ce fut le cas pour le hall culturel polyvalent.

« Il prend vie tout doucement. Cela a demandé 10 ans de travail. Ce sera un magnifique outil pour Wavre et son identité culturelle. Grâce à ce hall, Wavre aura d’autres moyens que ceux qui existent actuellement. On aura enfin une vraie scène, de vraies loges, une grande salle de spectacle…Tout profit pour les activités culturelles qui existent déjà comme le festival Macadanse, Macamagie… »

Depuis 18 ans, Anne Masson siège au Conseil, et au Collège. Elle est partante pour poursuivre son travail, un mandat de plus. Elle mènera campagne, avec modestie, par rapport aux futurs choix des électeurs. Elle le fera avec la même équipe « Car je suis convaincue que c’est la bonne voie pour Wavre… »

Pascal Jassogne