Accueil » Bierges » LE FIRB, c’est fini
LE FIRB, c’est fini

LE FIRB, c’est fini

Fin avril, le Festival international du rire de Bierges (FIRB) a donc tiré sa révérence, sur la pointe des pieds. La fin d’une belle histoire pour «les rendez-vous du rire», cette ASBL qui gérait le festival. Les nombreux et valeureux bénévoles qui ont oeuvré pendant plus de 25 ans pour le festival ont donc remis leur tablier avec une certaine nostalgie et une petite larme au coin de l’oeil. Freddy Quibus, cheville maîtresse de cette organisation l’a confirmé une dernière fois.

« L’an prochain, le festival du rire de Bierges, ce sera sans moi. » Et il n’en démord pas. Il ne reviendra pas sur sa décision. Du coup, l’ASBL qui s’occupait du festival sera dissoute. Quant au label Festival International du rire de Bierges, il cherche toujours un repreneur et un investisseur pour reprendre l’organisation à sa charge. De ce côté, Freddy Quibus ne ferme pas la porte aux éventuels amateurs repreneurs.

« Pour autant que l’esprit du festival, le concept et le principe d’un concours international pour jeunes humoristes soient toujours de mise. Il y a des personnes intéressées Et j’ai toujours l’espoir que le festival survive. Tout reste possible mais il n’y a pas de confirmation pour quoique ce soit pour le moment. » Certains noms ont été cités. « Il y a de l’intérêt mais rien de concret », précise encore Freddy Quibus.

Nulle part ailleurs qu’à Bierges

Les marques de sympathie des humoristes présents toute la semaine du festival furent nombreuses. «  À Bierges, ce n’est pas comme ailleurs. Il y a une ambiance, une convivialité que l’on ne trouve pas partout, nous a confié un des lauréats du concours international de 2017, appelé à faire la première partie d’une vedette au cours de la semaine du rire de Bierges. Quand je suis venu, je ne connaissais pas. Depuis, c’est grâce à ce festival que je suis un peu plus connu. »

C’est que dans la durée, le Festival du rire de Bierges s’inscrivait comme le plus ancien festival du genre. Une référence qui lui a permis d’accueillir d’illustres humoristes mais aussi et surtout de mettre le pied à l’étrier à quelques talents naissants, devenus depuis des incontournables vedettes du rire. Si d’aucuns espèrent que le festival pourrait renaître de ses cendres grâce au nouveau hall culturel polyvalent, rien n’est moins sûr. Car du côté de la direction qui tiendra les rênes de la programmation artistique du nouveau hall culturel polyvalent, il n’est actuellement pas dit qu’il y a une volonté de programmer ce genre de rendez-vous. En tout cas pour 2019, ce sera vraiment juste car les travaux du hall ne seront certainement pas terminés. Bref, une page se tourne, le lundi 30 avril, avec une ultime pièce en wallon qui faisait aussi toute la richesse de ce festival populaire.

Pascal Jassogne