Accueil » Conseil Communal » Conseil communal : la Girlpower attitude est en marche
Conseil communal : la Girlpower attitude est en marche

Conseil communal : la Girlpower attitude est en marche

Le conseil communal du mois de mars devait lever un coin du voile concernant le PCM (Plan communal de mobilité). Le point était à l’ordre du jour. Les conseillers de l’opposition avaient d’ailleurs pu prendre connaissance de ce plan (un épais cahier plein de fiches techniques). Le dossier est certes complexe mais il est aussi très dense. Pour en saisir toute la portée, il a été décidé d’une autre réunion technique, avec le bureau Agora, qui a participé à son élaboration. Cette réunion est prévue avant le conseil du mois d’avril. Du coup, toutes les questions politiques sont reportées au conseil d’avril, comme l’approbation du PCM.

Dans la routine du conseil, les questions d’actualité, viennent désormais clore la séance. Kyriaki Michelis (PS) a donc fort justement interpellé la majorité à propos de deux journées. «Le 9 mars c’était la journée internationale des droits de la femme, le 14 mars, la journée de l’égalité salariale. J’ai envie de dire malheureusement…Mais qu’en est-il au sein de notre commune ? Wavre étudie-t-elle l’impact des politiques publiques sur les hommes et sur les femmes ? Rien n’est établi en la matière lors de la présentation des différents budgets. Quid de l’opportunité, pour certaines matières, d’avoir un budget genré ? Wavre est-il un bon exemple en matière d’emploi ? Quel est le pourcentage d’hommes et de femmes au sein de l’administration ? Qu’en est-il de la formation ? Les employés communaux sont-ils formés sur les questions d’égalité liées au sexe ou au genre ? Quel est, par sexe, le pourcentage d’engagement à temps partiel ?»

Françoise Pigeolet a répondu : «Vous le savez, Wavre compte dans le collège une grande représentation féminine. En ce qui concerne les écarts salariaux, ce n’est pas possible car dans l’administration, l’échelle des traitements est liée au diplôme et à l’ancienneté. Pour les offres d’emploi, cela fait longtemps qu’elles sont rédigées en faisant appel aux deux sexes. Notre administration compte 63,32% de femmes et, pour être précise, 36,68% d’hommes. Pour les contrats à temps partiel, il y a trois CDI (Contrat à durée indéterminée), ce sont trois femmes qui en bénéficient. De même pour les CDD (Contrat à durée déterminée), il y en a quatre, tous dévolus aux femmes. Pour les CDR (Contrat de remplacement), cela concerne 2 hommes et 44 femmes. Il y a 25 interruptions de carrières répartis entre 17 femmes et 8 hommes. Concernant les formations, notre nouvelle charte des valeurs insiste sur le respect mutuel, que ce soit en interne mais aussi en externe, et cela concerne la population qui vient dans nos services pour certaines démarches. Aucun fait de discriminations, y compris LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) n’a jamais été porté à notre connaissance.»

On le voit la girlpower attitude a bien cours à Wavre. Dans l’administration et même  au collège, ce sont les femmes qui portent majoritairement la culotte…

Pascal Jassogne