Accueil » Social » Carine Hermal à fond dans le social
Carine Hermal à fond dans le social

Carine Hermal à fond dans le social

Kiné de formation, Carine Hermal est tombée – un petit peu comme Obélix -, un soir de 2001, dans la marmite des affaires sociales.
«Une matière dont je me suis imprégnée.Finalement, la fibre sociale, nous l’avons tous et toutes, résume-t-elle fort bien. C’est une matière où je me retrouve. Les contacts avec les gens cela me plaît.»

Et ce n’est donc pas par hasard si elle tient une permanence, à son bureau, tous les mercredis matin, de 10h00 à 11h00.
Les affaires sociales, c’est un poste un peu fourre tout. Dans les compétences de l’échevine, il y a le logement, l’accueil de la petite enfance, le plan de cohésion sociale, le co-accueil….
«Bien sûr, au début, j’ai dû plonger dans tous les dossiers. J’ai dû apprendre pour bien maîtriser toutes les matières.»
Au bout de son troisième mandat, à quelques mois des élections, l’échevine ne tourne pas autour du pot. Elle est prête à repartir pour un mandat de plus.
«C’est de toute façon l’électeur qui décidera» balaie-t-elle directement avant d’avouer qu’elle aimerait bien poursuivre le travail entamé.
C’est que les dossiers, en trois mandatures, elle en a vu défiler. D’abord au niveau du logement, notamment au sein du foyer wavrien, dont elle est la présidente.
«Le logement, c’est une de mes casquettes, sourit l’échevine. Une des principales ? Non pas du tout. Disons qu’elle m’occupe beaucoup.»

Rien qu’au foyer wavrien, il y a 521 logements à gérer. Si on y ajoute, la centaine gérée par la Ville, c’est un fameux parc immobilier. Un parc immobilier qui vient à point pour 1478 personnes ! Au cours de cette mandature, Carine Hermal a porté quelques dossiers importants. Et notamment ceux concernant la création de 52 nouveaux logements.
«C’est plus qu’utile pour pouvoir répondre aux très nombreuses demandes. Il s’agit pour l’essentiel, de logements une chambre. Avec cette offre supplémentaire, on pourra donc aider plus facilement, les personnes isolées. Les appartements deux chambres s’adressent spécifiquement aux familles monoparentales.»
Mais de concert, l’échevine a parallèlement assuré le suivi des rénovations de l’entièreté du parc du logement social wavrien.
«Des rénovations entamées il y a plus de dix ans. Ce sont essentiellement des rénovations énergétiques. Nous venons de terminer les rénovations aux Burgondes et à l’Orangerie. Là nous avons pu créer 14 logements dans les combles qui ont été rénovés. On intervient actuellement sur les deux blocs « Loire ». Un bloc à rénover c’est 700000 . Heureusement, nous bénéficions de subsides. Mais s’il y a nécessité ou urgence, nous le faisons sur fond propre.»

Au dessus de la norme de UE

Outre le logement, la petite enfance est une des compétences de Carine Hermal. Sa plus grande fierté, dans ce domaine, est d’avoir pu mener à terme la création de trois co-accueil sur le territoire.
«En collaboration avec le CPAS, précise Carine Hermal. Deux ont cependant été concrétisé sur fonds propres. Cela nous a permis d’augmenter notre capacité d’accueil à 40 équivalents temps plein. Nous avons aussi répondu à un appel d’offre dans le cadre de la phase 3 du plan cigogne pour la construction d’une crèche de 24 places dans le zoning nord. On débutera les travaux en 2018 La crèche de l’île aux trésors a vu sa capacité augmenter. Avec un taux d’occupation de 38%, Wavre se situe largement au-dessus de la norme européenne (33%). Si tous nos projets se concrétisent, nous devrions atteindre un taux de 48% ! L’ensemble des projets sont évidemment subsidiés. Les différents plans cigogne ont été une aubaine. Il faut savoir que Wavre n’avait plus été autant gâté depuis des années. Il reste des projets dans nos cartons. Reste à voir s’il y a des reliquats de subsides. Si tel est le cas, le projet de la crèche du zoning nord pourrait être étendu avec 24 places en plus. Mais là cela ne dépend pas de moi. C’est l’ONE qui décidera. En tout cas nous avons déjà pris les devants puisque les plans de la futur crèche tiennent déjà compte d’un éventuel agrandissement.»

Ne pas confondre

Le plan de cohésion social (PCS) de la Ville, Carine Hermal y prend une part très importante. On peut écrire que Wavre en est déjà à la version 2.0 du PCS «Son bilan est plus que positif. Bien sûr tout le monde pense au Wacolor quand on parle du PCS. Que les choses soient claires. Le Wacolor est une activité qui dépend d’un tas de services de la Ville. Festivités, travaux… Il n’y a d’ailleurs aucun subside du PCS qui entre dans l’organisation du Wacolor. Bien sûr, il y a de l’intergénérationnel, le volontariat des jeunes et leur responsabilisation par rapport à certaines problématiques, notamment la consommation des boissons alcoolisées. Mais il ne faut pas mélanger les choses. Wacolor n’égale pas PCS.»

Dans le cadre du PCS, il y a les rencontres Alzheimer et les après-midis d’art-thérapie. «Nous avons commencé petit. Et on affiche complet. On a même ajouté des séances. On pense en ajouter encore. Clairement, ce projet était vraiment utile.» Mais ce qui fait vraiment kiffer Carine Hermal, c’est le projet Co-Toit. Ce projet, c’est son bébé. Elle l’a chouchouté, bichonné.
«Créer le logement Co-Toit à la rue de Bruxelles, pour y accueillir sept jeunes en difficultés, c’est vrai, j’en suis très fière. Grâce à un staff de deux éducateurs, on s’est donné les moyens de relancer socialement des jeunes en décrochage. Clairement dans ce projet, le public cible, ce sont les jeunes. Je me réjouis d’ailleurs de la grosse mobilisation qui a vu le jour pour aménager le jardin et la terrasse de ce logement. C’est vraiment chouette.»

Grâce au PCS, le jardin communautaire dans le quartier de l’Orangerie a pu renaître de ses cendres  «Je ne vais pas revenir sur l’épisode malheureux de l’incendie du chalet qui servait de toit à ce projet. C’est regrettable. Mais nous avons pu relancer le projet en installant deux containers. Ce genre de projet dynamise le quartier. Nous planchons d’ailleurs sur d’autres installations du genre. Dans le quartier du Douaire, nous n’avons pas eu la réponse souhaitée par rapport aux activités. On va repenser la formule. Au Village Expo, on réfléchit à la création d’ateliers citoyens.» On l’entend, l’échevine a encore pas mal de beaux projets sous le bras.

Dites moi qui ?

À l’Info Wavre, on ne vous cache rien, on vous dit tout. Et pour tout vous dire, on a essayé de cuisiner Carine Hermal pour savoir de quoi l’affiche du prochain Wacolor serait faite…

«On y planche. Comme toujours on proposera une affiche éclectique et variée. Nous attendons janvier pour booker les artistes. Le refaire à Walibi ? Ce n’est pas sûr. Une décision rapide devra être prise avant la fin de l’année. Pour l’heure, on cherche des alternatives. Où ? Ce sera soit sur le parking à côté du Hall Culturel Polyvalent dont la construction sera presque terminée ou…Non, ce ne sera pas au stade Justin Peeters. En juin on resème la pelouse du stade. Ce n’est donc pas possible… »

Pascal Jassogne